Titre


LES INTERVIEWS DU PROGRAMMATEUR : DANYÈL WARO (TRANS 1999, 2003 ET 2006)


Retranscription interview Danyèl Waro

LE MENU COMMENCE APRES CETTE LIGNE

Émission diffusée le 25 Octobre 2013 sur Canal B.

 ➜ La page de DANYÈL WARO 

AUTRES ARTISTES CITÉS :

El Diablo
Salem Tradition
Pat'Jaune
Tiloun
Denez Prigent
Danyèl Waro & Titi Robin
Bérurier Noir

EXTRAITS JOUÉS DANS L'ÉMISSION :

Kilimann – Danyèl Waro (Aou Amwin, Cobalt, 2010)

 

LE MENU FINI ICI

LE CONTENU COMMENCE APRES CETTE LIGNE

Jean Louis Brossard : Danyèl Waro c'est un chanteur réunionnais blanc qui fait du maloya. Il est accompagné de quatre percussionnistes, lui-même joue du kayan, un instrument fait avec des tiges de cannes dans lesquelles on met des grains et qui fait un son très particulier. Il en joue tout le temps. Il y a aussi un roulèr, un pikèr... enfin les instruments traditionnels, tout le monde chante, c’est des voix et des percussions. Je suis un gros fan de maloya, pour moi Danyèl Waro est l’artiste emblématique de l’île de La Réunion. D’ailleurs il y a eu pas mal de chose à se passer après son passage aux Trans : j’ai fait une soirée réunionnaise, j’avais invité El Diablo, Christine Salem, Pat'Jaune et cette année (2013) il y aura Tiloun.

Mais pour aller plus haut que Danyèl c’est très difficile. Danyèl c'est un mec qui m’a mis une claque incroyable. La première fois que je l’ai vu c’était lors d’un concert à l’Ubu avant qu’il fasse les Trans et j’étais complètement scotché. Pour moi c’est vraiment le meilleur chanteur français avec Denez Prigent, je le dis alors qu’il y en a un qui chante en créole et l’autre qui chante en breton. 


 Danyèl Waro © ?

Danyèl m’a invité à l’île de La Réunion pour la sortie de son album Bwarouz. Il avait invité plein d’autres musiciens de l’île, il y avait des tambours malbars, des musiciens hindous... enfin bon il y avait tout un tas de gens et c’était assez fabuleux, il y a vraiment une ambiance très particulière dans le maloya.

Je l’ai refait jouer après avec Titi Robin, un joueur de oud et un guitariste que j’aime beaucoup, ils avaient joué à la Cité.

Et pour les 25 ans des Trans j’ai réinvité Danyèl. Il n'y avait pas seulement les Bérurier Noir cette année-là il y avait aussi Danyèl Waro qui a terminé la soirée au Liberté Bas, la grande salle du Liberté. Il y avait encore je sais pas combien de milliers de punk avec des crêtes qui n'étaient plus droites à cause de la chaleur et tout le monde était en admiration devant Danyèl. Il a même chanté un morceau a cappella, tout le monde était complètement ébahi, c'était assez formidable. C’est ça aussi les Trans, les gens viennent voir un groupe et c’est un autre qui va les scotcher.

   "Pour moi Danyèl Waro est l’artiste emblématique de l’île de La Réunion. (...) Pour aller plus haut que Danyèl, c’est très difficile."

Je l'ai aussi amené en Chine lors des Transmusicales à Pékin. C'était assez incroyable car trois minutes après que Danyèl soit monté sur scène et ait commencé son premier morceau j'ai du aller le voir et lui dire d'arrêter le concert. Un orage arrivait et j'avais peur que la foudre tombe sur la scène et qu'on ait une quinzaine de morts ce qui n'aurait pas été très chouette... Heureusement la productrice du festival lui a ensuite permis de jouer dans le public, chose qui ne s'était jamais faite en Chine !

Il y a une chose qui est importante et qu’il faut savoir sur Danyèl, c’est que c’est un type qui aurait pu faire une carrière internationale, mais il a un job : c’est lui qui fait les instruments pour tous les musiciens de l’île. Il a un espèce de garage et dedans il y a plein de peaux de bêtes qui traînent avec lesquelles il fait des tambours etc. C’est lui qui construit, c’est sa mission. C’est un type qui aurait vraiment pu faire une carrière internationale, tournée des States tous les ans, ça aurait cartonné partout ! Mais il s’en fiche, ça l’intéresse pas. Danyèl est un type très particulier… que j’adore.

LE CONTENU FINI ICI