Titre


LES INTERVIEWS DU PROGRAMMATEUR : KID FROST (TRANS 1990)


Retranscription interview Kid Frost

LE MENU COMMENCE APRES CETTE LIGNE

Émission diffusée le 28 Février 2014 sur Canal B.

 ➜ La page de KID FROST

AUTRES ARTISTES CITÉS :

IAM

EXTRAITS JOUÉS DANS L'ÉMISSION :

La Raza – Kid Frost (Hispanic Causing Panic, Virgin America, 1990)
Straight To The Bank – Kid Frost (Hispanic Causing Panic, Virgin America, 1990)
In The City – Kid Frost (Hispanic Causing Panic, Virgin America, 1990)

 

LE MENU FINI ICI

LE CONTENU COMMENCE APRES CETTE LIGNE

Jean Louis Brossard : Kid Frost c’était un peu le début du hip hop et du rap aux États-Unis. C’était en 1990 et j’avais acheté un maxi 45t à Los Angeles qui s’appelait La Raza, parce que j’avais écouté ça sur les ondes. J’écoutais beaucoup la radio en voiture à LA. Ce morceau me plaisait assez bien, j’avais acheté le maxi et après on était parti à New York à un festival. C’était assez incroyable parce qu’on s’est retrouvés dans une soirée hip hop ; il y avait KRS-One qui jouait et justement il avait invité Kavinsky et Kid Frost, donc on avait pu le rencontrer. C’est pour ça qu’on l’a fait venir aux Trans Musicales dans une des premières soirées hip hop, où j’avais d'ailleurs aussi invité IAM. C’était un de ses premiers concerts, il n'avait pas de disques à l’époque et c’était la première fois que j'invitais un rappeur américain, c’était latino parce qu’il chantait en espagnol. C’était Kid Frost.

   "C’était la première fois que j'invitais un rappeur américain."

Kid Frost avait aussi joué à la prison des femmes. C’est la première fois qu'on organisait un concert en prison et malheureusement c’était presque le dernier avant une autre époque. Un journaliste -que je ne nommerai pas- avait pris des photos des prisonnières, chose qui était interdite. Il les avait en plus envoyé aux prisonnières, donc on avait été interdit de concert à la prison des femmes. 


 © Gilles Charlou

Les gens étaient un peu déconcertés parce qu’on avait un public rock, ils n’écoutaient pas vraiment de hip hop à l’époque. Après s’est vraiment rentré dans les mœurs mais à cette époque les gens ne connaissaient pas. En tout cas la soirée avait un intérêt, c’était nouveau, c’était notre but aussi d’amener des nouvelles choses. Je pense qu’on était vraiment dans l’air du temps à ce moment là.

LE CONTENU FINI ICI