Titre : FFF


LES INTERVIEWS DU PROGRAMMATEUR : FFF (TRANS 1990 ET 1994)


Retranscription interview FFF

LE MENU COMMENCE APRES CETTE LIGNE

Émission diffusée le 28 Mars 2014 sur Canal B.

 ➜ La page de FFF

AUTRES ARTISTES CITÉS :

Anches Doo Too Cool Duo
Marquis de Sade
Prof Pinpin et ses
   Funk-Noz

Sax Pustuls
Porthishead
Massive Attack

EXTRAITS JOUÉS DANS L'ÉMISSION :

New Funk Generation – FFF (Blast Culture, Epic, 1991)
Requiem (Pour Un Con) – FFF (Blast Culture, Epic, 1991)

 

LE MENU FINI ICI

LE CONTENU COMMENCE APRES CETTE LIGNE

Jean Louis Brossard : FFF est un groupe que j’ai découvert par l’intermédiaire d’un des musiciens qui était Rennais. C’était Philippe de Lacroix-Herpin, saxophoniste qui avait fait les Trans avec Anches Doo Too Cool, son duo de saxophone avec Daniel Paboeuf. Il a ensuite aussi intégré (à la suite de Paboeuf) Marquis de Sade puis a monté Prof Pinpin et Les Funk Noz. Il y a aussi eu les Sax Pustuls avec la fameuse danse du Marsupilami. Hors à un moment Pinpin - c'est son surnom - est parti sur Paris et là il a rencontré quatre musiciens qui s’appelaient FFF et a rejoint leur groupe. Lorsque qu'il est revenu sur Rennes il m’a amené une petite cassette - c’était ça à l’époque - et j’avais trouvé ça vachement chouette. Je les ai booké à l’Ubu pendant les Trans Musicales et c’était un énorme concert.

   "J'ai un souvenir de la fin du concert : (...) dans les escaliers qui montent du backstage de l’Ubu jusqu’à la loge, il y avait 50.000 maisons de disques, elles avaient tellement flashé sur le groupe que tout le monde voulait le signer"

J'ai un souvenir de la fin du concert – après plusieurs rappels bien sûr - : le groupe monte dans sa loge et là dans les escaliers qui montent du backstage de l’Ubu jusqu’à la loge, il y avait 50.000 maisons de disques, elles avaient tellement flashé sur le groupe que tout le monde voulait le signer, il y avait peut-être Sony, Warner… enfin c’était du lourd quoi. Mais ils avaient déjà commencé à entamer des négociations avec mon ami Pierre-Louis Berlatier qui était chez Epic à l’époque et qui avait déjà signé NTM.

Ils travaillaient avec un mec qui s’appelait Abde qui avait une boite qui s’appelait Salam Aleikum. Ces gens là avaient des studios, une sorte de squat à Paris où ils bossaient avec tous un tas de potes et ils m'avaient demandé s'ils pouvaient organiser une soirée aux Trans Musicales avec toute leur bande de potes. C’était au Pub Satori et c’était le même jour que le concert de Portishead qu’on faisait à l’Ubu en début de soirée. Ensuite il y avait la partie Salam Aleikum, des cracheurs de feu... enfin toute une palanquée de trucs. J’avais amené les Massive Attack dans ma voiture là-bas et les mecs avaient pris une grosse claque.

Pour moi FFF a toujours été un super groupe de scène. Vers la fin, lorsqu'ils ont fait leur dernier disque c’était un petit peu r’n’b et c’était vraiment pas terrible. Les premiers albums ça allait mais vers la fin c’était un peu… on se demandait où ils allaient. Alors que sur scène c’était pas ça du tout ! Ils jouaient à peine un morceau du dernier album, c’était la machine à groove que l’on connaît et qu’on a pu voir à Rennes il y a quelques jours. C'est vraiment toujours de la bombe.


 FFF 

Je pense que ça va repartir… bon, il faut savoir que Krichou le batteur habite à Barcelone. Les autres sont encore sur Paname. C’est vrai que pendant un moment ils ont pas fait grand-chose, on voyait un peu Marco Prince à la télé, dans le Burger Quizz et puis voilà. Niktus le bassiste a fait des projets un peu électro, c’était un aficionado des raves des Trans, tu le croisais toujours en djellaba blanche. Yarol lui a toujours fait du rock, c’est un très bon guitariste. Je me rappelle l’avoir vu avec Niagara, le groupe de Rennes. Puis il a bossé avec Johnny, il a toujours eu des projets quoi. C’est un mec qui ne se sent bien que quand il a une bonne guitare dans les mains.

J'ai revu FFF l’année dernière, on a fait une fête avec des potes en l’honneur de Pierre-Louis Berlatier, qui était décédé au mois de Juillet. Evidemment FFF voulait être là, d'autant plus qu’ils avaient proposé à Pierre-Louis de les manager sur leur retour, ce qui ne pourra malheureusement pas se faire. Ils ont fait un concert de 30 minutes comme si c’était un rappel, les mecs étaient dedans dès le premier morceau : pas de temps de mise en route comme on a pu le voir lors de leur concert à Rennes il y a quelques jours (là ils leur a fallu quand même deux trois morceaux pour se mettre dans le bain, il n'avaient pas joué depuis longtemps). Mais là c’était à bloc tout de suite.

LE CONTENU FINI ICI