Titre : Portishead


LES INTERVIEWS DU PROGRAMMATEUR : PORTISHEAD (TRANS 1994)


Retranscription interview Portishead

LE MENU COMMENCE APRES CETTE LIGNE

Émission diffusée le 13 Juin 2014 sur Canal B.

 ➜ La page de PORTISHEAD

AUTRES ARTISTES CITÉS :

That Petrol Emotion
Beth Gibbons & Le Peuple de L'Herbe
Massive Attack

EXTRAITS JOUÉS DANS L'ÉMISSION :

Glory Box – Portishead (Dummy, Go! Beat, 1994)
Strangers – Portishead (Dummy, Go! Beat, 1994)

 

LE MENU FINI ICI

LE CONTENU COMMENCE APRES CETTE LIGNE

Jean Louis Brossard : Portishead c'était en 1994 à l'Ubu. C'était en début de Trans Musicales parce que j'avais découvert le groupe alors que ma prog était pratiquement déjà bouclée. J'avais découvert ça chez une copine, Barbarian, qui était journaliste à Libé et qui venait souvent aux Trans. C'est d'ailleurs là qu'elle avait rencontré son mari Damian O'Neill qui faisait parti de That Petrol Emotion, pour la petite histoire...


 Barbarian et Damien O'Neill - Trans 1986 © Ian Craddock

Elle nous -j'étais avec Hervé Bordier- a donc sorti le disque de Portishead, le premier album.  J'ai pris une claque atomique.  Après il a suffit de trouver l'agent et d'essayer de voir comment on pouvait faire, et on a réussi à faire ce concert, avec un son absolument éblouissant.

   "Je ne suis pas sûr de les avoir revu depuis et je suis pas sûr d'avoir envie de les revoir depuis ce moment exceptionnel."


 © Dennis Morris

Le groupe a joué 45 minutes et ils ont quand même accepté de faire un rappel, alors que c'est un peu le style groupe anglais "we have no more song". C'est classique, ils aiment pas jouer quoi. Mais Beth Gibbons avait envie de refaire un titre et j'ai dis oui, j'ai viré les gens dehors, je suis remonté dans la loge... et ils sont revenus pour un morceau. C'était complètement magique ce concert, absolument extraordinaire. Je ne suis pas sûr de les avoir revu depuis et je suis pas sur d'avoir envie de les revoir depuis ce moment exceptionnel. Beth Gibbons est revenu aux Trans Musicales pour les 25 ans faire deux morceaux avec le Peuple de l'Herbe, qui étaient très réussis.

C'était un son assez différent, il se passait quelque chose de nouveau chez les anglo-saxons à ce moment là, ça se sentait. Massive Attack, j'aimais leur premier album, mais j'aimais surtout beaucoup le deuxième. Il y avait Tricky, enfin une palanquée de gens qui commençaient à faire de la musique en s'inspirant d'une part du jazz et de l'électro de l'autre pour arriver à faire cette musique. C'était des gens qui travaillaient beaucoup le son.

LE CONTENU FINI ICI