Mémoires de trans > Les interviews du programmateur > Björk / The Sugarcubes

Titre : Bjork


LES INTERVIEWS DU PROGRAMMATEUR : BJÖRK / THE SUGARCUBES
(TRANS 1988 et 1993)


Retranscription interview Bjork

LE MENU COMMENCE APRES CETTE LIGNE

Émission diffusée le 21 Novembre 2014 sur Canal B.

 ➜ La page de BJÖRK

AUTRES ARTISTES CITÉS :

The Sugarcubes
Portishead
Gablé

EXTRAITS JOUÉS DANS L'ÉMISSION :

Human Behaviour – Björk (Debut, One Little Indian, 1993)
Violently Happy – Björk (Debut, One Little Indian, 1993)

LE MENU FINI ICI

LE CONTENU COMMENCE APRES CETTE LIGNE

Jean-Louis Brossard : The Sugarcubes c'est un groupe que j'avais découvert en achetant les disques, j'allais beaucoup à Rennes Musique et il y avait ce groupe Islandais dont on commençait à parler un peu dans certains journaux à l'époque - il n'y avait pas internet. Je me suis mis à acheter leurs 45 tours jusqu'à leur premier album et il y avait de très très jolies pochettes. Ce que j'aime bien aussi dans les disques c'est le visuel.

On a décidé de les faire à l'Espace, c'est un concert qu'on avait rajouté en plus de ce qu'on faisait sur les Trans à ce moment là, c'était en 88. Ça a été un concert d'anthologie Sugarcubes, comme a pu l'être celui de Portishead à l'Ubu : des concerts vraiment assez particuliers où il n'y a pratiquement qu'un groupe. Il y avait Björk qui était la chanteuse et qui n'était pas toute seule puisque son copain chantait aussi... Le batteur je l'ai revu après parce que c'était le batteur d'Emiliana Torini. Il a un prénom islandais, je ne m'en rappelle pas mais c'est lui qui s'occupe du bureau export Islande, pour faire venir des artistes islandais en France. Il était sympa, j'avais d'ailleurs été chez lui quand je suis allé à Iceland Airwaves il y a cinq/six ans. Avec quelques personnes il nous avait invité à boire des bières dans son garage où il avait construit un espèce de dôme sur lequel il jouait des percus avec un son absolument incroyable ; c'est un mec qui crée pas mal et c'était donc aussi le batteur de Sugarcubes.

   "C'est un concert qu'on avait rajouté en plus de ce qu'on faisait sur les Trans 88. Ça a été un concert anthologique."

Le concert se passe, le groupe splitte, et puis qu'est-ce qui se passe ? Une jeune fille qui s'appelle Björk sort un album formidable. Celui-là était vraiment très particulier, on entendait sa voix vachement différemment de ce qu'il y avait dans Sugarcubes, où ils étaient à deux chanteurs. Donc on décide de faire venir Björk aux Trans Musicales, c'était un concert à la salle de la Cité, elle était habillée tout en blanc, je m'en rappellerai toujours. Ça c'est aussi un grand grand moment des Trans, il y avait des musiciens incroyables, pas mal de mecs qui venaient de la bande à On-U-Sound (label qui viendra fêter ses 15 ans aux Trans 1995), je crois qu'il y avait Talvin Singh aux percus... il faudrait que je re-regarde un petit peu qui étaient les musiciens à l'époque mais il y avait un super groupe qui accompagnait Björk qui elle avait vraiment un charisme de folie.


 © Louis Bilien

Je l'ai revu après, en Islande à un concert de Gablé. Il y avait Gablé qui jouait et je vois Björk, C'était dans un espèce de petit théâtre, je me dis : j'y vais j'y vais pas ? Allez bon j'y vais ! La première chose que je lui ai demandé c'est si elle aimait le groupe. Elle me dit : ouais, c'est vraiment très très bien ce qu'ils font. Après je suis allé voir Gablé j'leur ai dis hey dis donc il y a Björk, elle adore ce que vous faites. Après ça a tourné : Björk est fan ! Et c'était vrai ! Ça fait un peu de promo pour mes amis de Gablé.

LE CONTENU FINI ICI