Titre : Cowboy Mouth


LES INTERVIEWS DU PROGRAMMATEUR : COWBOY MOUTH (TRANS 1992)


Retranscription interview Cowboy Mouth

LE MENU COMMENCE APRES CETTE LIGNE

Émission diffusée le 6 Février 2015 sur Canal B.

 ➜ La page de COWBOY MOUTH

AUTRES ARTISTES CITÉS :

Shoulders
Mojo Nixon et Skid Roper
The Dick Nixons
Dash Rip Rock

EXTRAITS JOUÉS DANS L'ÉMISSION :

Jenny Says – Cowboy Mouth (Word of Mouth, MCA Entertainment, 1992)
Pictures of You Wearing Bowes – Cowboy Mouth (Word of Mouth, MCA Entertainment, 1992)

 

LE MENU FINI ICI

LE CONTENU COMMENCE APRES CETTE LIGNE

Jean-Louis Brossard :  Puisqu'on parlait du label Trans Records, on a signé à un moment un groupe qui s'appelait Cowboy Mouth qui venait de la Nouvelle-Orléans, qui faisait du rock et qui avait la particularité d'avoir un chanteur batteur. Il s'appelait Fred LeBlanc, le type était incroyable, il avait une façon de frapper sa batterie... Il était en première ligne donc il y avait le bassiste et les deux guitaristes derrière. C'est vraiment lui qui faisait le show. C'est un des premiers qui faisait s’asseoir tous les gens dans la salle pour les faire sauter à un moment sur un POUM de batterie. Tout le monde sautait en l'air et ça partait en vrille dans la salle de la Cité. C'était des concerts mémorables.

Ils ont joué en 1992 aux Trans, je les avais découverts à Austin au Texas pendant le South by Southwest, c'était un copain à moi avec qui j'avais déjà fait Mojo Nixon et Skid Roper et The Dick Nixons qui m'avait branché sur ce groupe. Ce soir là il y avait aussi Dash Rip Rock, un autre groupe de la Nouvelle-Orléans, super fort sur scène.

On a sorti un disque qui était pas mal mais qui avait déjà été enregistré aux Etats Unis. Après on a fait des choses aussi avec eux, des lives. C'est vrai que Cowboy Mouth c'etait vraiment un groupe de scène plutôt qu'un groupe de disque, même s'il y avait des bonnes chansons.


 Cowboy Mouth © Jean-Pierre Rivalain

Déjà, il fallait les faire venir en France pour qu'ils tournent. Je sais même plus qui était le tourneur de Cowboy Mouth à l'époque... Après, ils ont commencé à avoir du succès, un peu comme les Shoulders à une époque ou Calvin Russell. Des Américains qui n'ont pas vraiment de succès chez eux mais qui commençaient vraiment à percer en Europe où les gens se sont intéressés à leur musique. Il y avait une carte à jouer, c'est comme tout : il y a des moments pour les artistes, c'est pas 20 ans après, c'est au moment où ça se passe et là vraiment ils avaient le vent en poupe. Ils avaient vraiment tout ce qu'il fallait pour réussir les types... une énergie... et puis bon après ils sont rentrés, ils venaient en Europe un peu puis ils rentraient chez eux. C'est des mecs qui jouent dans des clubs, dans les bars... ils jouent partout, ils peuvent faire 200 dates dans une année aux États-Unis sans problèmes.

LE CONTENU FINI ICI