Titre : Pascal Comelade


LES INTERVIEWS DU PROGRAMMATEUR : PASCAL COMELADE (TRANS 1992)


Retranscription interview Pascale Comelade

LE MENU COMMENCE APRES CETTE LIGNE

Émission diffusée le 27 Février 2015 sur Canal B.

 ➜ La page de PASCAL COMELADE

AUTRES ARTISTES CITÉS :

Général Alcazar
Dick Tracy
Kas Product
Pascals

EXTRAITS JOUÉS DANS L'ÉMISSION :

Arthur Cravan Was a Floor Fina ; Sardana Dels Desemparats ; Haïku de Tango, Traffic d'abstraction (Les Disques du Soleil et de l'Acier, 1993)

 

LE MENU FINI ICI

LE CONTENU COMMENCE APRES CETTE LIGNE

Jean-Louis Brossard : Pascal Comelade est venu aux Trans en 1992, c'était à la salle de la Cité. Il était sur scène avec ses instruments, un tout petit piano, pas mal de percussions... La particularité de Pascal c'est que c'est un garçon qui fait beaucoup de reprises, il peut reprendre un morceau d'Ennio Morricone, un classique du rock... pour en faire sa musique à lui, quelque chose à sa sauce. C'est un garçon qui est du Sud de la France, de Perpignan si je ne m'abuse, comme son ami le Général Alcazar qui viendra plus tard aux Trans Musicales et qui jouait dans son groupe.


 Pascal Comelade © Frédéric Pithois

"Tu peux pas avoir envie de le comparer à quelqu'un d'autre, il est inclassable"

Ensuite ce qui est assez marrant c'est que dans les années 2000 j'ai reçu un coup de téléphone de Gérard Nguyen qui était le directeur artistique du label Les Disques du Soleil et de l'Acier qui était basé à Nancy et que j'ai beaucoup connu à une époque parce qu'il était derrière Dick Tracy et Kas Product qui étaient des groupes Nancéiens... Il m'avait envoyé un petit disque en disant «Ecoute Jean-Louis voilà j'ai un projet : il y a une vingtaine de Japonais qui s'appellent les Pascals qui ne font que des reprises de Pascal Comelade ».  C'était un projet assez lourd mais il y avait quand même des aides de la part des Japonais. Parce que vingt personnes à faire venir au niveau du prix des billets c'est pas rien. J'ai donc fait venir ces fameux Pascals, c'était un groupe assez amusant, le percussionniste joue sur une petite batterie et puis il a une cymbale, mais la cymbale est à deux mètres de haut donc faut qu'il saute en l'air pour taper dessus ! Autrement, il y avait beaucoup de cordes : des violoncelles, des violons... des cuivres. C'est un groupe très étonnant que j'ai d'ailleurs refais à la salle de l'Ubu quelques années après. La scène de l'Ubu était vraiment complète ! Il y avait des violoncellistes, c'est tout juste s'ils étaient pas carrément en dehors de la scène ! Il fallait mettre tout le monde. L'Ubu c'est petit, mais si t’arrives à mettre vingt japonais sur scène, c'est que c'est pas si petit que ça.


 Pascals © Christophe Le Dévéhat

Pascal Comelade, à part les Pascals qui ont fait des reprises, c’est quelqu'un à part, tu peux pas avoir envie de le comparer à quelqu'un d'autre parce qu'il est inclassable. C'est pour ça que beaucoup d'artistes en aiment d'autres : parce qu'ils ne sont pas dans leur univers. Comme ça pas de bagarres on va dire... c'est pas la course genre « ils sont meilleur que nous »...  C'est pas les Beatles contre les Stones ou Oasis contre Blur. Comelade il est complètement à part et c'est vrai, c'est un type qui est énormément apprécié par beaucoup de musiciens. C'est presque un musicien pour musiciens, parce que même si ça fonctionne assez bien pour lui c'est pas non plus devenu une star.

LE CONTENU FINI ICI